Madame Plouche

Tout et rien, rien et tout, mais un rien peut former un tout ...

posté le 01-06-2014 à 12:44:39

Plantes mellifères ... du nectar pour tous !!!


Dans la série, les plantes magiques, divines plantes, il y a les plantes mellifères ... melli ... miam miel ... toutes ces plantes qui fournissent aux abeilles en paticulier, leur merveilleux nectar ...
 

  
Les plantes mellifères (qu'il faudrait appeler plus justement "nectarifères") produisent du nectar, substance liquide très sucrée récoltée par les insectes butineurs et les oiseaux nectarivores. Certaines abeilles mellifères (Apis, Trigona, Mellipona...) transforment ce nectar en miel. Beaucoup de plantes sont nectarifères, mais seulement une partie peut être butinée par les abeilles domestiques, du fait de leur morphologie (encombrement du corps, longueur de la trompe…). Mais il existe près de 1000 espèces d'abeilles sauvages en France et 20 000 espèces dans le monde. Une liste des plantes mellifères en Europe ici.

L'apiculture classe une plante comme mellifère lorsque celle-ci est exploitable par l'abeille domestique. (Mais on devrait plus justement utiliser le terme de "nectarifère").
 
Du nectar pour tous ! Les pollinisateurs sont très utiles au jardin. Ils transportent le pollen d’une plante à l’autre et assurent ainsi la fécondation des cultures. Vous l’avez bien compris : sans eux, point d’abondance.
 

  
Comme le dit Jean Louveaux, dans le centenaire de "l'Apicuteur" de 1893, "la qualité essentielle d'une plante mellifère c'est d'exister à des millions d'exemplaires... ce sont les ruches les plus populeuses qui font les grosses récoltes" on pourrait dire de même, "...que ce sont les grandes étendues de fleurs qui font les grandes miellées.
 

  
Pour les attirer, il faut introduire des espèces mellifères dont les fleurs produisent beaucoup de nectar.
Il existe une large palette de plantes aux odeurs variées. Les unes appâteront plutôt l’abeille, la reine des butineuses. Mais d’autres feront tourner la tête aux bourdons pacifistes, aux papillons ou encore aux syrphes mangeurs de pucerons.
En semant différentes plantes réputées pour leur qualité mellifère, vous favorisez la biodiversité.
En privilégiant des végétaux aux périodes de floraisons diverses, les pollinisateurs butinent longtemps dans votre jardin. Plantes aromatiques, ornementales… il y a le choix !
 
Les abeilles accompagnent la vie des hommes depuis toujours et leur rôle dans la nature n’est plus à démontrer. OGM, pesticides et autres m ... leur rendent la vie dure ... 

C'est pourtant grâce aux abeilles et autres pollinisateurs que les jardins fleurissent et que nous pouvons consommer quotidiennement des fruits et des légumes. Et que dire de leur miel que l’on savoure depuis des siècles ?
 
Protéger les abeilles c'est protéger la vie ... 
 

 
 
 
 


 
 
posté le 01-06-2014 à 12:08:17

Consoude ... la grande


Une autre habitante du jardin, la consoude ... la grande ... une envahisseuse magique, qui quand elle s'étale, en fleurs, avec le vent on dirait un flot bleu dansant, c'est magique ... mais je m'égare ... 
 

 
 Là ce sont ses débuts, depuis elle s'étale de plus en plus, et fleurit, fleurit ... et fait plein plein de petites consoudes ... grandes
 
Connue depuis l’antiquité, la « symphytum officinale » étale ses larges et longues feuilles du printemps jusqu’à l’automne. Régulièrement coupées, ses feuilles repoussent. Ses fleurs en forme de clochettes peuvent être blanches ou roses le plus souvent.
 

  
La consoude va chercher loin ses éléments nutritifs : sa racine, une fois installée, plonge à 1,5 m et même deux mètres de profondeur ! Aucune plante herbacée ne va si loin. Une fois installée (au bout de 2 ou 3 ans) elle ne craint plus rien, mais avant, il faut veiller à ce qu'elle ait un arrosage suffisant, et à lui apporter de l'azote, par exemple sous forme de purin d'orties, et à désherber autour d'elle. Elle aime les terres profondes, du fait du développement de ses racines. Elle est riche en protéines, et bien que l'on trouve dans certaine littérature qu'elle serait riche en vitamine B12, faisant là exception car dans le monde végétal on n'en trouve que dans la spiruline, il semblerait qu'elle n'en contient pas. Elle contient bien des choses, mais pas de la B12 !. Elle fait un excellent engrais, riche en potasse, donc très complémentaire de l'ortie, qui est riche en azote.

Au jardin, les feuilles servent à fabriquer un purin efficace et à pailler des plantations. Hachées au fond du trou de plantation, elles permettent, comme l’ortie, un bon démarrage de la plante.

Purin de consoude : un des purins à possèder dans son jardin avec l'ortie ... faire macérer 1kg de plantes grossièrement hachées dans 10 litres d’eau de pluie dans un seau en plastique pendant 8 à 10 jours et arroser les pieds des plantes avec le purin dilué à 10%.
 
La consoude est une plante mellifère qui fleurit longtemps et plusieurs fois dans l’année : elle attire les insectes pollinisateurs et leur apporte une nourriture intéressante.

En cuisine, la consoude peut être cuisinée en potage, en gratin ou en beignets (jeunes pousses ou feuilles) ou servir de tisane. Attention, c’est une plante à consommer raisonnablement, sans excès, à cause de sa teneur en allantoïne. Comme l’ortie, elle est riche en minéraux. En fait, c'est aussi une "magic" plante, que l'on redécouvre et c'est tant mieux ...
 
Enfin, en agriculture, elle a été beaucoup développée pour nourrir les animaux. Une fois séchées ou hachées, les feuilles perdent rapidement leur côté rêche désagréable et constitue un aliment fortifiant.
 
Un petit site sympa et très instructif sur la consoude ici ... 

Pour finir, quelques recettes ...
 

 

Beignets de feuilles de consoude 
 
Laver et égoutter 20 feuilles de grande consoude. Dans un saladier, mélanger 250 g de farine et 1 cuiller à soupe d’huile. Délayer avec 15 à 30 cl de lait pour former une pâte liquide. Ajouter 1 œuf battu à la fourchette, saler, poivrer et laisser reposer 1h. Faire chauffer un peu d’huile d’olive dans une poêle. Tremper les feuilles une par une dans la pâte et les faire frire dans l’huile chaude. Servir chaud.
 
Consoude aux croûtons

500 g de jeunes feuilles, beurre, 15 pruneaux secs, croûtons aillés. Mettre dans une casserole pruneaux secs en morceaux et consoude dans un fond d'eau salée. Faire réduire, égoûter, et faire revenir dans du beurre. Ajouter les croûtons avant de servir.

Filets de truite

4 filets de truite, huile d'olive, 250 g de consoude, beurre. Sauce verte : 1 échalotte, 1 verre de vin blanc, 1 verre de bouillon de volaille, «30 cl de crème, 1 jus de citron, 6 feuilles de consoude
Préparer les filets, les faire cuire 5 minutes avant de servir.
Sauce : hacher les 6 feuilles. Faire revenir l'échalotte, ajouter vin blanc et bouillon, laisser réduire de moitié. Ajouter la crème, la consoude hachée et le jus de citron.
Garniture : Couper la consoude en lanières, faire revenir au beurre 5 minutes. Servez avec les filets et mettre la sauce dans un saucier.

Consoude à la japonaise

500 g de feuilles, 2 cuillers à soupe de sauce soja, 1 cuiller à soupe d'huile de sésame, 50 g de chair de crabe, crevettes, curry.

Blanchir la consoude 5 minutes dans de l'eau bouillante, égoutter et hacher. Dans un bol, mélanger sauce soja, huile crabe et crevettes, Verser sur la consoude.

Jardinière de légumes

250 g de consoude, 2 poignées de feuilles d'oseille, huile d'olive, 1 oignon, 1 cuiller à soupe de farine, 1 litre de bouillon, 2 jaunes d'oeufs, crème fraîche.

Faire blanchir la consoude, l'égoutter. Faire revenir l'oignon dans de l'huile, ajouter l'oseille hachée. Laisser cuire quelques minutes, ajouter la consoude, soupoudrez la farine, mélanger, ajouter le bouillon. Faire cuire pendant ¼ d'heure. Dans la soupière mélanger jaunes d'oeufs et 2 cuillers à soupe de crème, incorporez peu à peu la préparation de consoude. Vous pouvez ajouter des croûtons.

Croquettes de verdure 

1 bouquet de feuilles, 2 verres de flocons d'avoine, ½ verre de levure maltée, basilic. Faire cuire la consoude 5 minutes dans 3 verres d'eau salée. Ajouter basilic, flocons d'avoine, levure, un peu d'huile. Laisser reposer 20 minutes. Faire des boulettes et faire frire.

Chaudrée de consoude

200 g de feuilles de consoude, 1 oignon, 4 à 5 morceaux de petit salé, 2 pommes de terre, crème fraîche. Dans un « diable » en terre cuite, hachez l'oignon, coupez en 4 les pommes de terre, hacher la consoude, ajouter le petit salé. Laissez mijoter 3 heures. Au moment de servir, ajoutez pain de seigle et crème. Bon appétit !! Pour l'identification : les feuilles et tiges ont des poils rugueux, pas très agréables au toucher.
 
 
 
 


 
 
posté le 01-06-2014 à 11:46:08

Verveine ... odorante

 

 
Cela fait deux ans que cette jolie verveine odorante s'est installée dans mon jardin, auprès de la camomille, de la consoude ... d'une petite plante ballon et d'un petit houx ...
 

  
A ne pas confondre avec la verveine officinale, plante non parfumée qui pousse à l'état sauvage en Europe, la verveine odorante (Lippia citriodira), appelée également citronnelle, est une plante arbustive exotique, qui pousse rapidement dans un sol drainé et fertile, au soleil ou à mi-ombre. Dans les régions froides, mieux vaut la cultiver en pot à rentrer l'hiver. Mais ici, même en hiver, elle résiste bien ... mais nos hivers sont tièdes ...
 

 
 
En cuisine, la verveine odorante parfume agréablement les plats exotiques et se marie particulièrement avec volailles et poissons. Elle donne une délicieuse tisane, principalement réputée pour ses propriétés digestives (stomachiques). Elle est également utile en cas de stress, angoisses, insomnies ou dépression. Et our finir elle est aussi recommandée aux hypertendus (plante d'époque ...)
 
Utilisée en infusion, elle est donc digestive, diurétique, rafraîchissante, sudorifique, stimulante.

La valeur énergétique de la verveine est de 15 calories pour 100 grammes soit 1 g de protéines, 1 g de lipides et 3 g de glucides.

Pour préparer une infusion le plus simplement possible, prendre 1 bonne poignée de feuilles sèches sur lesquelles on verse 1 l d'eau bouillante. 
 
Pour la petite histoire ... la verveine est une feuille liée à l'histoire de la Gaule. Les Gaulois la considéraient comme une herbe sainte. Selon Pline, ils l’employaient pour tirer les sorts et prédire l’avenir.
 
Marcellus, lui, l’employait contre les maux d’yeux. Les druides lui donnaient la vertu de guérir toutes les maladies, de casser les maléfices, et de donner de la gaieté.

Enfin, d’après les Egyptiens, ce sont les larmes d’Isis qu’elle versait pour Osiris qui étaient à l’origine de cette plante.
 
La verveine a longtemps servi à préserver les gens des démons ... (vraiment une plante d'époque ...)
 

 
 
 
 
 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article