Madame Plouche

Tout et rien, rien et tout, mais un rien peut former un tout ...

posté le 25-09-2008 à 14:53:55

Moi ! Moi !

Lu dans le dernier Canard Enchaîné dans les minimares : "Olivier Besancenot affirme dans "VSD" (17/9), qu'il recherche pour son nouveau parti "des gens qui, lorsqu'ils regardent les infos, ont envie de péter leur télévision. La révolte n'est pas un plaisir solitaire". Le plaisir collectif c'est plus excitant."

 

Moi! Moi ! Moi ! Msieur Besancenot je suis là !  Non seulement je n'ai plus de télévision depuis des années parce que j'ai trop pété de postes et en plus je côute cher à la société  car on m'envoie des contrôleurs pour bien "contrôler" mes dires ... Parce que ne pas avoir de télé à notre époque si pour certains c'est bobo et écolo, moi c'est tout simplement parce que franchement mais alors très franchement la télé ne m'apporte rien (pour rester polie) ... Les infos ? Quelles infos ? Des médias à la botte de notre élite "bling-bling", des informations tronquées, des reportages spécial "cas'soc" ... quant à la culture ils ont du être plusieurs à sortir leur revolver en même temps ... 

 

Manuel du petit "téléphobe" : l'information il faut la chercher,  pas attendre qu'elle vous tombe dans la bouche ... elle aurait d'ailleurs un goût infect paraît-il. Il y a internet aussi, mais là encore le voyage est fastidieux entre le vrai et le faux, mais en général quand on a l'habitude de boire à certaines sources l'eau y est encore fraîche. Et heureusement existe aussi une presse qui se fout de la couleur du string de Dati.

 

Pour le reste : séries en trompe l'oeil où tout le monde il est bô, émissions "reality" à vomir, ça je ne sais pas où trouver pire, je ne sais même pas comment on peut regarder des choses humaines s'agiter ainsi derrière un écran, les fourmis m'ont l'air plus intéressantes. Je ne comprend pas comment deux êtres humains normalement constitués (hormis la partie cerveau peut-être) en arrivent à se donner en spectacle sur une île pour savoir lequel des deux est le plus enculé ... Attendez, j'avoue avoir du mal à tout comprendre ... Aperçus aussi les indigents du bulbe qui se retrouvent pour dîner les uns chez les autres et se noter ... Sans compter les spécialistes du "relookage" ... oui ma chérrrriiie tu es forrrmidable (spécialement pour Liloo), alors que la nana elle sort comme ça tout le monde va se foutre de sa gueule ... 

 

Chacun sa liberté, mais liberté de penser à la télé n'existe pas ... car il n'y a pas (plus) de pensée ... Il y en a certes eu dans le passé, mais quand ceux qui nous gouvernent ont compris quel merveilleux instrument de gavage c'était ... no comment.

 

 

 


Commentaires

 

1. MeilaZic  le 03-03-2012 à 23:45:10  (site)

Tu plairais bien à mon père, dommage que Besancenot ne se présente pas en 2012!!

Merci, pour ton passage sur mon blog!!

Quand au média en général, je crois comme toi qu'il n'y a plus de limites!!
On ne parle que de ce qui fait "vendre", même si ça n'a aucun intérêt, on vend les gens comme ça , sans aucun respect des personnes , pas forcément les stars, mais même dans les faits divers, on s'acharne sur une personne qui n'a peut être pas envie de parler à cause d'un traumatisme, juste pour avoir l'info le premier.
C'est désolant...

J'ai l'impression qu'on n'est réduit qu'à des objets que seul l'argent pourrait mettre en valeur ( enfin c'est ce qu'on croit ), qu'alors l'argent je trouve ça moche!

 
 
 
posté le 19-09-2008 à 10:39:35

Le bambou dans tous ses états

Les bambous sont des plantes monocotylédones appartenant à la famille des Poaceae. Ils constituent la sous-famille des Bambousoideae qui compte environ 80 genres  et plus de 1200 espèces. Ils sont caractérisés par des tiges formées d'un chaume creux lignifié à la croissance très rapide. Les bambous sont présents naturellement sur tous les continents (Amériques, Asie et Océanie) à l'exception de l'Europe (bien que certaines espèces puissent y pousser) et de l'Antarctique, et se sont adaptés à de nombreux climats (tropicaux, sub-tropicaux, et tempérés).

 

La tige principale est un chaume, ou canne, lignifié, fistuleux (c'est-à-dire en tube creux) cloisonné aux nœuds. La cicatrice visible aux nœuds est la trace de la gaine des feuilles tombées. Le chaume peut se diviser en rameaux feuillés, eux mêmes divisés en ramuscules.

Le bois des chaumes, riche en silice, est très dur et très résistant. La taille des tiges varie selon les espèces de moins d'un mètre à près de 10 m. La vitesse de croissance peut chez certaines espèces être spectaculaire, jusqu'à un mètre par jour (vigueur que les Chinois auraient utilisé pour en faire un supplice).

 

Tous les bambous ont des tiges souterraines, appelées rhizomes.

rhizome

 

Ils permettent à la plante de croître en formant des touffes plus ou moins serrées. C'est aussi un organe de réserve. Les racines sont adventives et se développent autour des nœuds du rhizome. On peut distinguer généralement deux grand types de système de rhizome. D'une part les rhizomes pachymorphes (πᾰχῠς épais ; μορφή, forme) qui sont courts et épais et qui se rencontrent chez les bambous cespiteux (Bambusa glaucescens, Bambusa vulgaris, Fargesia murielæ, Fargesia nitida ) et d'autre part les rhizomes leptomorphes (λεπτός, mince ; μορφή, forme) qui sont longs et minces et qui se rencontrent chez les bambous traçants ( Semiarundaria, Sasa, Pleioblastus).

 

Les chaumes se balancent au vents forts et se plient sous le poids de la neige mais ils se cassent rarement. Cette flexibilité est due aux entrenœuds creux de chacun des chaumes.

 

Avec plus d'un millier d'espèces, le bambou a bien entendu d'innombrables applications : décoration, textile, meubles, armes, pâte à papier, instruments de musique, construction : (à découvrir pour l'architecture des maisons en bambou) ... Le vent et le bambou conjugués donnent des mélodies qui couvriront le jardin d'un doux son zen. Et puis sans le bambou n'oublions pas que le panda meurt de faim ...

 

 

Cette année, au mois de mai, je suis allée faire un tour ici. L'endroit est magique, la promenade à l'ombre des bambous m'a fait découvrir des espèces que je ne connaissais pas. Chaque pas amène une nouvelle vision de cette plante (envahissante certes) mais parfaitement adaptée pour la construction par exemple ou même encore la musique.

 

 

Le bambou, essence végétale du monde asiatique, a aussi ses légendes et anecdotes.

 

La Leçon du bambou :

 

Il était une fois un grand jardin, merveilleux, au milieu d’un royaume. Le Maître aimait à s’y promener quand la chaleur du jour devenait accablante. Il affectionnait tout particulièrement le bambou qui lui semblait l’arbre le plus beau de toutes les plantes de son jardin. Au fil des années, ce bambou grandissait, devenait vigoureux et toujours plus conscient de la faveur du Maître.

Un jour, celui-ci s’approcha de l’arbre et le bambou inclina son faîte respectueusement. Le Maître lui dit :

- Mon cher bambou, j’ai besoin de toi.

Il semblait que le grand jour fut enfin arrivé, le jour pour lequel le bambou avait été créé. Le bambou répondit donc d’une voix douce

- Maître, je suis prêt. Fais de moi ce que tu voudras.

- Bambou, ajouta le Maître d’une voix solennelle, pour me servir de toi il faut que je te coupe.

- Me couper moi que tu considères comme la plus belle parure de ton jardin, non ne fais pas cela !

- Mon cher bambou, répondit le Maître, si je ne te coupe pas, tu ne sers de rien.

Le jardin se fit calme; le vent retint son souffle, le bambou inclina sa tète doucement et puis lui murmura:

- Maître, puisque tu ne peux m’utiliser sans me couper. alors je suis prêt arrache-moi

- Mon cher bambou, il me faudra t’enlever toutes les branches et toutes les feuilles.

- Ah ! non, pas cela, détruis ma beauté, mais laisse-moi mes rameaux de feuilles.

- Si je ne te les enlève pas, je ne peux pas t’utiliser.

Le soleil se cacha, un papillon s’envola et le bambou, tremblant à l’idée de ce qui allait lui arriver, lit dans un souffle :

- Maître, enlève les rameaux et les feuilles.

- Bambou, dit encore le Maître, il faudra te faire autre chose : Je te couperai par le milieu et je t’enlèverai le cœur. Si je ne le fais pas, tu ne sers de rien.

- Oui, Maître : arrache le cœur et découpe.

Alors le Maître du jardin arracha le bambou, coupa ses rameaux et toutes ses feuilles, le tailla en deux sur toute sa longueur et lui enleva le cœur.

Puis, il le transporta près d’une source d’eau fraîche et scintillante au milieu des champs desséchés. Il déposa le bambou soigneusement sur le sol; il posa l’une des extrémités du tronc sous la source tandis que l’autre atteignait le sillon d’arrosage dans le champ.

La source chanta sa joie, l’eau claire bondit à travers le corps déchiqueté du bambou jusque dans le canal et se mit aussitôt à abreuver les champs assoiffés. Puis on repiqua le riz et les jours s’écoulèrent. Les pousses grandirent et ce fut bientôt le temps de la moisson. C’est ainsi que le bambou, autrefois si majestueux, devint dans son humble état de débris, une grande bénédiction.

 

Quand il était encore grand et beau, il ne poussait que pour lui-même et se réjouissait de sa beauté. Mais dans son brisement, il était devenu un canal dont le Maître se servait pour faire fructifier son Royaume.

 

 

La première pointe de lecture pour le tourne-disque de G. Bell était en en bambou tout comme le filament incandescent de la première ampoule électrique d'Edison ...

 

 

 


 
 
posté le 18-09-2008 à 22:01:43

Les JO c'est du passé ... ouf

Oui je sais, les JO en ont tenu plus d'un en haleine ... moi je m'en fous grave des athlètes et des records. Ce que j'aime par exemple ce sont les gens qui ont réponse à tout : quand on leur parle de sport chimique, ils rétorquent tous "ouh la mais pendant le tour de France ils se bourraient la gueule au gros rouge ...", certains vont même jusqu'à entrevoir le dopage dans les époques les plus reculées (certainement ceux qui ont trop vu le dernier nav... euh pardon Axtérix). Moi je veux bien, mais alors pourquoi ne pas faire des jeux olympiques où tout le monde se doperait à fond, le winner étant celui ou celle qui aurait réussi à s'en mettre le plus dans le cornet et qui aurait bien sûr gagné un max de médailles. Pffff je m'en fous en fait, j'imagine assez bien que plus de la moitié des gens qui se collent derrière leur écran pendant les jeux sont incapables de faire un footing tous les matins (moi j'en fais pas mais je m'en fous ...) Je voudrais juste une fois dans ma vie que l'on l'explique ce qu'il y a d'extraordinaire à courir les 100 m en moins de quarts de secondes que son voisin. A ceux qui me diront, rhhha le corps et l'esprit sain, dépasser ses limites, j'en passe et des pires ... car pour moi les limites de l'indécence ont été dépassées dans un pays pour qui les droits de l'homme sont inconsistants, dans un pays qui bafoue toutes les règles humanitaires, dans un pays qui génocide un autre sans que personne ne lève le petit doigt. Mais le sport n'a pas de frontières c'est bien connu, ce n'est pas comme la liberté qui se laisse enfermer plutôt que d'aller courir comme les autres après la flamme ... 
 
Madame Plouche s'est dit qu'il fallait quand même sourire un peu ... alors quelques minutes de rire avec Dieudonné invité aux JO de Pékin ... 
 
 


Commentaires

 

1. clebs  le 14-11-2008 à 17:59:39

Courageux et pertinent, chapeau l'artiste.

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article