Madame Plouche

Tout et rien, rien et tout, mais un rien peut former un tout ...

posté le 28-10-2008 à 23:19:29

Le didgeridoo dans tous ses états

Certains aiment le son du cor au fond des bois, moi je préfére le son du didgeridoo même sans fond de bois. Après mes souvenirs d'Airvault, j'ai eu envie de présenter un peu cet instrument au son envoûtant. Utilisé notamment par les Aborigènes du nord de l'Australie, son usage semble très ancien, certains prétendent qu'il pourrait remonter à l'âge de Pierre (20 à 50 000 ans), néanmoins il n'existe aucune preuve de cette affirmation. C'est une trompe en bois, lointaine cousine du cor des Alpes ou du tonggin tibétain.

 

 

 

 

Didgeridoo, didjeridoo, didjeridu ou didjeridou, est un mot d'origine onomatopéique inventé par les colons occidentaux à partir du son de cet instrument. Les Aborigènes le nomment différemment en fonction de leur ethnie. Parmi la cinquantaine de noms, les plus courants sont : djubini, ganbag, gamalag, mago, maluk, yirago, yiraki, yidaki, bamboo etc.

 

 

 

 

 

Le didgeridoo est traditionnellement fabriqué à partir d'un tronc d'eucalyptus creusé naturellement dans toute sa longueur par des termites. La longueur varie de 100 à 180 cm, et le diamètre de 5 à 30 cm. L'embouchure est généralement recouverte de cire d'abeille pour ramener l'embouchure à un diamètre facilement jouable proche de 30 mm, pour la rendre plus lisse, pour mieux l'adapter à la forme de la bouche et pour la protéger de l'humidité. Les didgeridoos traditionnels peuvent présenter une embouchure recouverte de sugarbag, une cire d'abeilles sauvages, mais ont plus souvent une embouchure directement jouable. Traditionnellement, il peut être décoré par des peintures représentant des scènes de la mythologie aborigène ou des motifs claniques.

 

 

 

 

 

Il existe aujourd'hui des didgeridoos creusés manuellement, à partir d'une branche de n'importe quelle essence d'arbre coupée en deux dans le sens de la longueur, afin d'évider l'intérieur, puis recollée : c'est la méthode sandwich.

On en trouve aussi souvent en bambou et en teck, voire en PVC, en argile, en verre, en papier mâché ...

Il existe aussi des didgeridoos accordables. Le principe est de modifier la longueur de la perce par un système de coulisse.

 

 

 

Pour jouer du didgeridoo, le musicien fait vibrer ses lèvres comme pour un cor de chasse ou une trompette, avec cependant une tension moins forte des muscles labiaux. Une des particularités du didgeridoo, réside dans le fait que la plupart des joueurs utilisent la technique dite du souffle continu respiration circulaire. Celle-ci permet de maintenir un souffle d'air constant permettant de jouer sans s'arrêter, même lors de l'inspiration. ou

Le son de base, le bourdon (ou hoot), est produit par une vibration monotone des lèvres sur l'embouchure.

Pour créer des mélodies, il existe cinq sortes de variations à partir du bourdon :

  • De légères variations du débit d'air, qui abaissent ou augmentent la hauteur de la note du bourdon ;
  • L'amplification d'harmoniques présentes dans le bourdon, à partir de mouvements des lèvres et surtout de la langue ;
  • La variation du volume d'air dans les joues ou des poussées du diaphragme, qui permet des accentuations ryhtmiques :
  • Les vocalises qui viennent se superposer au bourdon, et qui imitent souvent des cris d'animaux, dans le jeu aborigène ; le joueur peut aussi chanter dans le didgeridoo ;
  • Le quintoiement (survibration ou toot) qui s'obtient par un pincement des lèvres, de manière à souffler comme dans une trompette et qui produit un son de corne de brume proche de l'octave supérieure du bourdon de base. En augmentant encore la tension des lèvres, il est possible d'obtenir d'autres survibrations plus aigües, comme pour un cor de chasse.

Dans les régions où il est culturellement représenté, le didgeridoo accompagne le plus souvent le chant et le jeu des claves, jouées par un ou plusieurs autres musiciens. C'est un instrument réservé aux cérémonies et aux festivités.

(source Wikipedia)
 

 

 

Un site très intéressant sur le didgeridoo ...
 
Et là le monsieur tout seul, il est assez étonnant ...
 
 
Naissance d'un didgeridoo ...
 
 
Et pour finir Le Rêve de l'Aborigène 2008 ...
 

 

 


 
 
posté le 28-10-2008 à 22:19:29

Rêve de l'Aborigène

 
 
Airvault tous les ans vers le mois de juillet c'est le festival aborigène, la fête au didgeridoo qui répond au nom magique du Rêve de l'Abogirène. Cette année je n'y suis pas allée, me suis laissée tenter par la Garden Nef Party d'Angoulême, surtout pour Moriarty. Mais malgré tout le plaisir que j'ai eu à écouter cet excellent groupe, j'ai regretté les trois jours de fête à Airvault. Souvenirs de tentes, de tipis, de musiques, de rencontres, de délires, de sons, d'échanges ...
 
Spéciale dédicace à Mijo pour les photos et surtout pour le reste ... et Moriarty en boucle do you remember ?
 
 
 
Place au festival !!
 
<p></p>
 
 

 
 
 


Commentaires

 

1. loutte  le 29-10-2008 à 16:21:42

Festival super bien on s'est bien éclaté =)

2. Amanyte  le 29-10-2008 à 21:18:27  (site)

T'inquiètes ma Loutte on se le refera l'année prochaine ! Non !! Plus la Garden !!

 
 
 
posté le 28-10-2008 à 20:40:18

86 400 euros = 86 400 secondes quotidiennes

 

 
Imaginez que chaque matin, une banque vous ouvre un compte crédité de 86 400 euros, mais il y a 2 règles à respecter :

1ère règle : tout ce que vous n'avez pas dépensé dans la journée vous est enlevé le soir, vous ne pouvez pas tricher ni virer cet argent sur un autre compte, mais chaque matin la banque ouvre un nouveau compte crédité de 86 400 euros pour la journée;

2ème règle : la banque peut interrompre ce jeu sans préavis, elle peut vous dire que c'est fini, qu'elle ferme le compte et qu'il n'y en aura pas d'autres...

Cette banque, elle existe, vous l'avez tous, c'est la vie, le temps !
Chaque matin, au réveil, nous sommes crédités de 86 400 secondes de vie pour la journée. Le soir, quand on part dormir, ce qui n'a pas été vécu dans la journée est perdu.

Chaque jour, ça recommence...

Nous vivons avec la règle n° 2 : la vie peut s'arrêter a tout moment !

Alors, que faisons-nous de nos 86 400 secondes quotidiennes ?

La vie est courte, même pour ceux qui passent leur temps à la trouver longue.

Il faut profiter de la vie et des choses qu'elle nous offre. Tout peut être si vite perdu.
 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article