Madame Plouche

Tout et rien, rien et tout, mais un rien peut former un tout ...

posté le 11-01-2009 à 10:31:04

Argent = dette

Ce matin mon surf sur le net a éclaboussé mes neurones ... un petit reportage édifiant sur l'argent ou comment comprendre les ficelles de ceux qui nous suceront jusqu'à la moëlle. L'asservissement et l'esclavage des populations endettées ne sont que le résultat d'un système qui s'est installé et qui nous broie doucement ... Un jour ce ne sera pas les livres qu'il faudra brûler, mais les livrets, les titres ... mais comment mettre feu au vent ?
 
Trois petites parties, éducatives, avec des petits dessins explicatifs. L'argent est une dette, donc sans endettement pas d'argent ! 
 
 
 
 
 
 


 
 
posté le 11-01-2009 à 00:55:59

Les Lapins Crétins ! On en redemande !


 

 

Parce que demain c'est dimanche ... quelques petites envolées des lapins crétins !! Parce que je suis tellement triste et écoeurée de ce qui se passe dans le monde en ce moment que je n'ai pas envie de penser en soupirant ce soir ... alors place aux lapins !! en attendant que se lève le vent de la révolte !
 
 
 
 
 
 
A suivre ...
 
 
 
 
 


Commentaires

 

1. jmdamien  le 11-01-2009 à 08:28:29  (site)

Bonjour, voila un film pour te remonter le moral. non, pas vraiment, mais si tu ne l'as pas vu, il est à voir.

http://www.lepost.fr/article/2008/10/30/1301941_america-from-freedom-to-fascism-vostf-part-1-6.html

2. jmdamien  le 11-01-2009 à 08:31:06  (site)

encore un site à visiter régulièrement.

http://911nwo.info/

Bon, avec ça, passe un bon dimanche, à plus tard.

3. Amanyte  le 11-01-2009 à 10:07:31  (site)

Excellent ... merci ... quant au 11 septembre cela devient énorme leur supercherie, non seulement ça fait froid dans le dos mais ça laisse peu d'espoir pour croire encore en l'humanité ...

4. jmdamien  le 11-01-2009 à 10:48:44  (site)

Cela fait bien longtemps que je ne crois plus à l'élite gouvernementale comme étant des humanistes. Ils ne sont que les pions des banquiers et autres grandes fortunes. Le 11 Septembre à été un déclic quant à leurs supercheries. Je pense que tout cela à commencé avec la religion, il y a fort longtemps.

5. jmdamien  le 11-01-2009 à 10:49:55  (site)

PS : Va voir mon autre blog ci-dessus, je les écorche un peu, les cul-bénis.

6. Amanyte  le 11-01-2009 à 10:56:20  (site)

Et cela continue encore ... aucun dieu n' a créé le mal ou quelconque diable, ce n'est que l'homme qui organise sa propre perte ... Je regrette seulement cette anesthésie des masses qui nous mène droit à la décadence ... Mais c'est dimanche, il y a du soleil et encore quelques ours blancs ...

7. aichanina  le 14-01-2009 à 14:00:27

toujours aussi dingues et eclatants ces lapins crétins, nina ADORE.;;smiley_id117191

 
 
 
posté le 11-01-2009 à 00:08:03

Il était une fois les abres ...

 

Il était une fois les arbres ... J'ai toujours aimé les arbres, ils sont pour  moi, source d'inspiration, de réconfort, d'émotion, de sagesse. Par toutes saisons, ils sont là, immuables dans le temps, changeants dans leurs atours. Ce sont mes personnages préférés dans le Seigneur des Anneaux, les Ents. Mais celui qui en parle le mieux, comme ses frères, ses amis, c'est Jacques Brosse dans la Mythologie des arbres. "Autrefois", disait l'auteur, "les arbres jouaient un grand rôle dans la vie des hommes. Protecteurs, pourvoyantà leurs besoins, ils étaient considérés comme des manifestations des dieux sur terre".

 

Saviez-vous que le nom du Liquidambar vient du mot ambre, et qu'on en extrait le liquide dont on fait le chewing gum ? Que même si le Paulownia porte le prénom de la fille du Tsar Paul 1er, cette espèce vient du Japon ?
 
 

Avant les arbres (organismes ligneux, capables de produire un tronc ramifié), il y a 450 millions d'années, il y avait les algues, les mousses, les fougères, et toutes les plantes "cryptogames", sans fleurs, sans ovules, sans graines. Ces pratiques de reproduction primaires en limitaient l'expansion (l'espèce se reproduisait sur place) et la pérennité (la plantule n'avait pas de réserve pour survivre en dormance). Les arbres sont apparus sur terre à la fin du devonien (360 millions d'années) et plus abondamment à l'ère carbonifère (qui tire son nom de la capacité des arbres à fabriquer une matière carbonée), il y a 250 millions d'années. Ils résultent d'une évolution capitale, puisqu'ils se reproduisent avec des fleurs et des graines. La graine, transportée par le vent ou les oiseaux, étend l'ère de peuplement. Le pollen résiste aux agressions, à tel point que la microscopie électronique parvient à identifier des pollens très anciens.

 

Les espèces se côtoyaient sur des continents qui n'étaient pas encore séparés. La dérive des continents isola les espèces qui évoluèrent désormais en parallèle, avec de nettes ressemblances par exemple entre les espèces nord-américaines et les asiatiques (par exemple les platanes d'Occident et d'Orient). L'Europe était isolée.

 

Quand l'hémisphère nord a été recouvert de glaces au pliocène, jusqu'il y a 10.000 années, les espèces asiatiques et américaines ont eu la possibilité de repousser toujours plus au sud, car la terre était continue. Les arbres européens ont buté sur la mer Méditerranée ou la chaîne pyrénéenne, et, la plupart des espèces se sont éteintes. Seuls survécurent les espèces qui réussirent à gagner l'Asie mineure. Ceci explique que les espèces endémiques européennes sont moins nombreuses que les espèces américaines ou asiatiques. On retrouve des fossiles de liquidambar, de magnolia ou de séquoia, qui attestent de la richesse perdue de la flore européenne. Le platane disparaît d'Europe, et ce sont les platanes d'Occident et d'Orient qui reviendront d'abord dans des jardins, ensuite à travers une espèce hybride, qui se répandit rapidement dans nos villes.

 

L'introduction des arbres, d'abord utilitaires (comme le figuier, le noyer ou le cerisier), débute avec les conquêtes romaines (les Romains ramènent le cerisier du Pont-Euxin, le pommier et le noyer de Grèce où ils avaient été implantés). Elle se poursuit avec les Croisades (les Croisés ramènent, aux côtés des reliques saintes, le pêcher et l'oranger, dont les fruits étaient connus et fort chers). L'implantation d'arbres exotiques s'accélère avec les grandes expéditions maritimes à partir du XVIIe siècle, non seulement pour leur aspect utilitaire (ailante introduit pour l'élevage du vers à soie) mais aussi pour leur aspect décoratif (platane d'Occident).

 

Les noms français sont issus soit de noms gréco-latins pour les arbres connus et introduits par les Gréco-latins (ex : cerisier, cytise), soit de mots plus anciens encore, d'origine indo-européenne, pour les arbres indigènes (ex : aulne, alisier et orme qui dérivent de "al"), soit de mots arabes (abricotier, oranger, sophora) ou de leur nom local pour des arbres importés (araucaria, aralia, jacaranda, ...), soit encore d'un nom construit pseudo-scientifiquement (ex : cladrastis, liquidambar, ptérocarier) ou par analogie (ex : cyprès chauve, qui n'a rien d'un cyprès !), soit enfin du nom du découvreur ou d'un botaniste célèbre (Albizzia, Parrotia, Magnolia). Pour distinguer les espèces d'un même genre, on associe un qualificatif, un peu comme le prénom associé au nom de famille, d'où le chêne "sessile", chêne "chevelu", etc. qualificatif qui précise une particularité de l'arbre (le chêne sessile a un gland sessile, c'est à dire sans pédoncule, le chêne chevelu a un gland couvert de poils épais). D'autres qualificatifs de couleur (blanc, noir, rouge) ou de forme (verruqueux) décrivent un aspect particulier des feuilles, des fruits ou du tronc. Enfin les qualificatifs "fastigié", "pleureur", "doré" désignent souvent des variétés ou des hybrides dont le port (fastigié, pleureur) ou la couleur du feuillage (doré) est spécifique (et recherché pour la décoration d'un jardin). .

 

Les noms latins ou latinisés (avec parfois des origines grecques) ont été donnés afin de préciser les espèces dans un langage universel, par delà les noms vernaculaires. Le principe en a été établi par Carl von Linné et publié en 1753 : il s'apparente aux systèmes "nom de famille-prénom", où le "nom de famille" serait ici le nom du genre en latin, avec la première lettre en majuscule (exemple : Betula, pour le genre des Bouleaux), suivi d'une caractéristique écrite avec une minuscule (ex : verrucosa, pour verruqueux), le tout suivi de l'initiale du botaniste qui a décrit le genre le premier. Le genre se réfère au classement en familles, lui-même établi en fonction de critères sur les fleurs.

Il arrive que deux botanistes aient décrit, sans le savoir, la même espèce et on a conservé les deux noms. Exemple : Betula verrucosa Ehrh = Betula pendula Roth (bouleau verruqueux). Eventuellement un second botaniste a rectifié la description. Dans ce cas, le premier est mis entre parenthèse. Exemple : Alnus glutonisa (L) Gaern. Pour les arbres inconnus des Latins, et ils sont nombreux, des noms ont été formés d'apparence latine, comme "Camelia", "Grevillea" ou "Magnolia", dérivés de noms propres (Georg Josef Kamel, missionnaire jésuite en Chine, M. Greville et M. Magnol, tous trois botanistes).

Source

 

C'était ma séquence émotion ... arboricole ... à suivre

 


 

 


 


 

 


Commentaires

 

1. aichanina  le 14-01-2009 à 14:01:14

c'est vraiment joli, encore encore encore!!!

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article